Flash Info École

Projet Lo'Jo

Le SIAM s'associe à l'école de musique Dutilleux pour un véritable projet de création musicale sous la houlette du groupe Lo'Jo. Les concerts prévus sont repoussés mais une séance d'enregistrement aura bien lieu le dimanche18 avril 2021.

Voici un article du "Courrier de l'Ouest". Bonne lecture !

www.courrierdelouest.fr, vendredi 19 mars 2021, 795 mots

On ne sait pas si le spectacle pourra avoir lieu, mais depuis de nombreuses semaines, des élèves de plusieurs écoles de musique de l’Agglo composent avec le groupe angevin très connu.

Le patron est là ! Denis Péan , éternel chapeau vissé sur la tête, est debout devant l’arc de cercle de jeunes musiciens.Lunettes sur le bout du nez et cahier annoté dans une main, il es tau centre,tel le dompteur sur la piste du cirque, et tourne sur lui-même distillant ses conseils bienveillants, là à une jeune flûtiste, ici à un guitariste pas plus vieux.Nous sommes àTrélazé,dansl’un des locaux de l’école intercommunale de musique.

«Il y a des incertitudes…Mais ce n’est pas grave.Piano,accordéons,vous refaites la montée.Elle donne le tempo et si c’est trop épais, on enlèvera des choses.»? Le groupe d’adolescents s’exécute. «Ça commence à venir, c’est chouette.Vous avez une bonne dynamique,une bonne fluidité.Ce n’est qu’une question de précision rythmique» Tous les Lo’Jo sont là, Denis Péan en maître de séance. Ces troubadours ont bourlingué sur les scènes du monde entier depuis 30ans,de Mûrs-Erigné auxÉtats-Unis,des sables duMali à ceux du Koweït,du Népal au Bénin,et les voilà – comme ils en ont l’habitude depuis des années -, loin des projecteurs scéniques, à distiller avec amour et passion, l’art de la musique et de la composition à lajeunesse.

Un projet pour deux écoles et sept communes

Car tel est le challenge pour cette quinzaine d’adolescents volontaires:composer des musiques,voire des chansons, pour enregistrer un album et se produire sur scène. Ces jeunes appartiennent aux deux écoles de musique intercommunales Henri-Dutilleux et leSIAM.

«Nos deux écoles de musique étaient encouragées par le Département à bâtir un projet commun», explique Dominique Pacteau, le directeur de Dutilleux. «De son côté, Denis Péan souhaitait travailler avec la Ville des Ponts-de-Cé, au-delà des interventions menées dans deux écoles maternelles.» La mayonnaise a pris. Les écoles de musique ont ouvert la porte aux volontaires de cycle 2, en limitant obligatoirement le nombre, à la fois pour que l’atelier soit créatif et pour rester dans le raisonnable du maintien des gestes barrière.«C’est une volonté appuyée que de lancer lesjeunes musiciens vers la composition.La création est au cœur de notre pédagogie»,ajoute Olivier Crépin,le directeur du SIAM.

Oublier la « grammaire » de la musique

Le mercredi soir, ce petit monde se réunit à Trélazé pour 1 h 30 de travail. Denis Péan a trouvé le titre de cette aventure : « Imprévu pour rêve d’orchestre ».

«Ensuite, tout était à inventer»?, ajoute Richard Bourreau, violoniste musicien du groupe. «Pour créer un titre, nous avons demandé à chacun de réfléchir à un gimmick, à un bout de mélodie qu’il ou elle trouvait chouette. Ils nous ramenaient ces phrases musicales et, en collectif, on les travaillait, on les transposait». »

Ici, tout se fait à l’oral. Certes, quelques partitions traînent à terre, mais ce n’est pas l’essentiel. «Dans la création, c’est l’échange qui compte,comme dans la vie d’un groupe.L’interaction est rapide.Oui,on l’avoue,on est loin ici du dogme du conservatoire de musique e tdu solfège à tout prix.Nous sommes plus dans l’instinct.Il faut savoir donner et savoir entendre les autres dans ce collectif.On demande à ces jeunes d’oublier,un peu,ce qu’ils ont appris de la « grammaire » de lamusique.

Un enregistrement des morceaux

Les ateliers se succèdent et l’histoire de cet « imprévu pour rêve d’orchestre » se construit au fil des soirées. «On salue ici aussi le travail des professeurs de nos écoles de musique qui poursuivent ce travai len assurant un lien entre l’atelier Lo’Jo et les cours»?, précise Olivier Crépin.

Ce fabuleux travail va se poursuivre. Il devrait, mais le doute s’installe de plus en plus face à la crise sanitaire, se transformer en spectacle, le 16 avril au Carré des Arts à Verrières-en-Anjou, et le 17 avril, à la salle Emstal aux Ponts-de-Cé.Dans tous les cas,les ados decet atelier verront le projet se concrétiser par un enregistrement de cette création, «autre moment fort pour les jeunes qui se mettent la pression pour approcher la perfection», conclut Richard Bourreau.

Bruno JEOFFROY.


Le renouveau du SIAM

L’école de musique du SIAM : un renouveau pour les années à venir

L’école de musique du SIAM ne fait pas exception et subit cette crise pandémique comme tout le monde. Mais l’équipe pédagogique a montré sa détermination et sa capacité à innover en poursuivant les cours et en maintenant le lien avec les élèves pendant le confinement grâce aux cours en visio-conférence et actuellement en présentiel dans le respect d’un protocole sanitaire strict, même au-delà du couvre-feu par autorisation préfectorale.

La dynamique de création et d’innovation propre au SIAM est plus que jamais présente.

Le SIAM qu’est-ce que c’est ? Avant tout c’est votre école municipale. En effet, le SIAM est une école de musique intercommunale de service public avec 5 sites d’enseignement : Saint Barthélemy d’Anjou, Ecouflant, Pellouailles-les –vignes, Saint Sylvain d’Anjou et Le Plessis-Grammoire.

Une équipe de 16 professeurs diplômés et par ailleurs artistes, est à votre service et à celui de vos enfants afin d’enseigner des instruments très divers allant de la flûte traversière à la batterie ou bien encore la guitare. Vous avez un projet musical, le SIAM est également là pour vous accompagner en tant que musicien amateur sur votre territoire. Désigné pôle ressource des enseignements artistiques par le département sur la métropole angevine, le SIAM apporte son savoir-faire, son expertise pédagogique et surtout son dynamisme au travers de nombreux projets culturels.

Le SIAM, ce n’est pas une école de musique ordinaire. Le pari de l’innovation sans laisser de côté la qualité, est tenu depuis plusieurs années maintenant. La question : « comment proposer une exigence artistique tout en gardant en tête le plaisir de jouer ensemble ? » est au cœur de nos interrogations.

Le renouveau du SIAM passe actuellement par l’élaboration d’un nouveau projet d’établissement pour les cinq années à venir. Les questions de l’accueil des tout petits avec l’ouverture de classes d’éveil musical, la proposition d’accompagnement dans les crèches municipales ou MAM (Maisons d’assistantes maternelles), l’ouverture au chant musiques actuelles sous forme d’ateliers à destination des adolescents et jeunes adultes sont au cœur de ce projet. De même, la poursuite et l’amplification des interventions en milieu scolaire, d’ateliers à destination d’enfants en situation de handicap, la constitution d’un orchestre et la poursuite d’une volonté de « pédagogie de projet » sous forme de nombreuses représentations sont au centre de nos préoccupations.

N’hésitez pas à franchir le pas et à vous renseigner auprès du SIAM.


Les ambassadeurs sont passés à Pellouailles-les-Vignes ! (Commune de Verrières en Anjou)

L'école de musique du SIAM est passée à l'école du Clos de la Motte de Pellouailles-les-vignes ! (Commune de Verrières en Anjou)
Les enfants ont eu l'occasion d'assister à plusieurs petits concerts des professeurs qui leur ont également présenté chacun leur instrument.
Cécile à la flûte traversière, Valérie au violon, Edwige au saxophone, Manon au chant, Régis à la batterie, Christian à la clarinette, Cyrille au piano, Alexis à la contre-basse et Marc à la guitare.
C'était un bon moment de partage pour tous.
En espérant que cette rencontre leur a donné des idées, des envies, des ailes, des rêves ...

Verrières-en-Anjou. Des notes de musique et des échanges à l’école du Clos-de-la-Motte

Le Courrier de l'OuestPublié le 25/03/2021 à 05h36

Les huit classes élémentaires de l’école du Clos-de-la-Motte ont vibré mardi aux sons des instruments des « Ambassadeurs des Musiques 2021 » de l’école de musique du Syndicat intercommunal arts et musiques (Siam). Les ambassadeurs du Siam qui couvre le territoire de Verrières-en-Anjou, Saint-Barthélemy, Écouflant et Le Plessis-Grammoire, vont à la rencontre des élèves d’élémentaires, mais aussi des collégiens et lycéens de ce territoire.

Neuf des 16 professeurs du Siam ont ainsi « sensibilisé les élèves à l’écoute, à la pratique musicale et à ses bienfaits », explique Olivier Crépin, directeur du Siam, qui a succédé à Fanny Huguenin en août dernier. Christian Abiad (clarinette), Edwige Madrid (saxophone), Manon Petitjean (chant), Marc Cormier (guitare), Régis Martel (batterie et coordinateur pédagogique), Cécile Coiffard (flûte), Valérie Moinard (violon), Alexis Denis-Cailler (contrebasse), Cyrille Mahieu (piano) ont joué, présenté leurs instruments, évoqué les différentes familles, cordes, cuivres, vents… Et répondu aux questions des élèves dans une phase d’échanges riche et ludique.

Mais si les années passées, ce type de rencontre permettait aux élèves d’essayer -aussi- les instruments, le contexte sanitaire ne l’a pas permis cette année. « Les enfants intéressés pourront tester ces instruments à leur demande avant la fin de l’année scolaire », a précisé Olivier Crépin

Contact Siam au 02 41 95 72 10 ou sur le site www.siam-49.fr.

Verrières-en-Anjou. Des notes de musique et des échanges à l’école du Clos-de-la-Motte

Ailleurs sur le web


Protocole sanitaire du SIAM

Protocole sanitaire de protection contre la covid19 pour la rentrée 2020 2021. Ecole de musique Vibra’Siam :

PREALABLE

Les parents d’élèves jouent un rôle essentiel. Ils s’engagent, notamment, à ne pas mettre leurs enfants à l’école de musique en cas d’apparition de symptômes évoquant une Covid-19 chez l’élève ou dans la famille de l’élève. Les parents sont notamment invités à prendre la température de leur enfant avant le départ pour l’école de musique. En cas de symptômes ou de fièvre (> 38°C), l’enfant ne devra pas se rendre à l’école de musique. Les professeurs devront procéder de la même manière.

Les professeurs présentant des facteurs de risque connus ne doivent pas travailler en présentiel. La liste de ces facteurs de risque est disponible sur le site du ministère de la santé.

RESPECT DES GESTES BARRIERES

La distanciation physique

- une distance physique d’1 mètre doit être respectée entre les personnes pour les cours pouvant intégrer le port du masque (piano, cordes, batterie, accordéon)

- Soit une distance physique de 2 mètres doit être respectée entre les personnes pour les cours ne pouvant être pratiqués avec le masque (chant, instruments à vent,..), soit l’utilisation de panneaux en plexiglass et séparant de façon sûre l’élève du professeur lors du cours individuel est prévue.

Les équipements de protection et le matériel

- le SIAM fournit à chaque professeur deux masques lavablesrenouvelés autant de fois que nécessaire durant l’année scolaire.

- les élèves doivent se présenter avec leur propre masque, ne pas toucher les poignées de portes et respecter les mesures de distanciation physique.

- le port du masque est obligatoire pour les enseignants et les élèves dans l’enceinte des locaux.

- du gel hydro alcoolique et du matériel de désinfection sont mis à disposition dans chaque salle.

-des panneaux en plexiglass de 2m de haut et 1,5m de large sont placés dans les salles recevant des élèves instrumentistes à vent ou chanteurs lorsque la distanciation nécessaire ne peut être respectée.

- des bonnettes de protections fournies par le SIAM sont placées par le professeur sur les micros entre chaque atelier si nécessaire.

- chaque élève vient muni de son propre petit matériel (stylo, cahier, carnet, partition, etc…).

Nettoyage et désinfection

Un lavage des mains est effectué par les professeurs entre chaque cours avec du gel hydro alcoolique mis à disposition dans chaque salle.

Les élèves sont invités à utiliser le gel hydro alcoolique mis à disposition dans chaque salle au début et à la fin du cours. Il est demandé aux élèves d’éviter d’utiliser les toilettes.

Les locaux sont aérés toutes les 3 heures pendant 15 minutes.

Les salles de cours sont nettoyées/ désinfectées avec des produits et chiffons mis à disposition dans chaque salle. Les enseignants prennent quelques minutes pendant le temps de cours entre chaque élève ou groupe d’élèves pour effectuer le nettoyage en insistant notamment sur les poignées de portes, sièges, pupitres et instruments partagés.

En raison de l’abrasivité de certains produits désinfectants, le nettoyage de certains équipements et instruments n’est pas souhaitable ; chaque enseignant en sera juge.

Les lingettes et masques à usage unique doivent être éliminés au domicile de l’élève et en aucun cas dans les locaux de l’école de musique.

LES DISPOSITIFS LIES AUX PRATIQUES COLLECTIVE

Le principe de distanciation entre les participants d’une pratique collective reste le moyen le plus sûr de ne pas propager un éventuel virus.

D’une manière générale, les pratiques collectives et en particulier celles ayant pour effet direct la production d’importants aérosols (ensembles vocaux et à vent), doivent faire l’objet d’attention redoublée dans le respect des distances et dans l’aération régulière des locaux.

- 1 mètre entre chaque élève pour les cordes, percussions.

- 2 mètres entre chaque élève pour les chanteurs, vents.

- pour les groupes mixtes, distance de 2 mètres devant le groupe pour les chanteurs et instrumentistes à vent.

Les élèves et enseignants devront systématiquement porter le masque au moment des déplacements et ne pourrons enlever le masque, pour les chanteurs et instrumentistes à vent, qu’une fois installés.

GESTION DES DEPLACEMENTS ET FLUX DES PERSONNES

Les professeurs vont chercher les élèves à l’entrée des locaux au début de chaque cours. A la fin du cours, le professeur raccompagne l’élève jusqu’à la sortie des locaux. Il est donc demandé aux parents ou accompagnateurs d’être particulièrement ponctuels.

Les accompagnateurs ne sont pas autorisés à assister au cours ni à rentrer dans les locaux sauf pour les jeunes enfants débutants en cours individuels dont la présence d’un parent peut être rassurante et ceci avec l’accord de l’enseignant.

SUSPICION DE COVID-19

En cas de symptômes, même paraissant bénins, ou de suspicion de contamination à la COVID-19, il est demandé aux élèves de rester chez eux et d’en informer le SIAM.

Tout cas de Covid-19 doit être signalé. Les agents présents sont informés dans un souci de transparence et d’incitation aux respects des règles. Une procédure nationale de contact-tracing est mise en place. Chaque personne contact à risque d’un Covid-19 sera contactée sur la conduite à tenir.

De manière systématique, lorsqu’un cas de Covid-19 est survenu au sein de l’établissement, et plus généralement lorsque l’évaluation des risques le justifie, une opération de désinfection est effectuée en plus du nettoyage.